Chroniques du Chat Noir - Black Cat Index du Forum

Chroniques du Chat Noir - Black Cat
Un espace pour tous ceux qui ont quelque chose à dire. Ou pas.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Chroniques du Chat Noir - Black Cat Index du Forum -> black cat -> Outness
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tanguy
Administrateur


Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 8 729
Localisation: Paris-La Défense

MessagePosté le: Ven 2 Déc - 12:57 (2011)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

Voilà un joli forum afin que Jacques Le Nain Jaune puisse nous narrer ses pittoresques aventures.

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 2 Déc - 12:57 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Le Nain Jaune



Inscrit le: 31 Jan 2011
Messages: 2 755
Localisation: outlanda

MessagePosté le: Sam 3 Déc - 00:21 (2011)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

Qui connait le Guyana?

Si on interrogeait des français pris au hasard en leur demandant quels pays composent l'Amérique Latine, on aurait sans doute comme réponses le Brésil, l'Argentine, le Pérou, le Mexique, Cuba...

Chez les amateurs d'endroits rares on aurait droit au Paraguay.

Mais le Guyana.

Qui connait le Guyana?
_________________
En toute chose, on ne sort de l'ambiguïté qu'à ses dépens.


Revenir en haut
Le Nain Jaune



Inscrit le: 31 Jan 2011
Messages: 2 755
Localisation: outlanda

MessagePosté le: Lun 5 Déc - 00:44 (2011)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

Eh bien le Guyana existe pourtant.

Il a un siège à l'Onu et fait partie du Commonwealth.

Il a pour voisin au nord le Venezuela qui prétend que plus de la moitié du territoire  guyanien lui appartient et au sud le Surinam, l'ancienne guyane hollandaise ( Voltaire a écrit un texte qui s'appelle le Nègre du Surinam); plus au sud, il y a l'immensité brésilienne mais tout le monde ou presque a une frontière avec le Brésil en amérique du sud.

On ne parle presque jamais du Guyana.

La dernière fois qu'il a fait la une de l'actualité mondiale, c'était il y a trente trois ans quand un cinglé de pasteur américain et ses sectateurs se sont suicidés collectivement après avoir assassiné un parlementaire américain venu faire une tournée d'inspection ( l'assassinat a été filmé, on doit le trouver quelque part sur internet).

Sinon, on n'en parle jamais.
_________________
En toute chose, on ne sort de l'ambiguïté qu'à ses dépens.


Revenir en haut
Le Nain Jaune



Inscrit le: 31 Jan 2011
Messages: 2 755
Localisation: outlanda

MessagePosté le: Lun 5 Déc - 00:48 (2011)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

Comment va t on au Guyana?

Il y a parait il un vol quotidien avec Londres.

On peut également venir de Paramaribo par un avion de la Surinam Airways mais c'est aux risques et périls.

Sinon, il doit bien y avoir une liaison avec Caracas au Venezuela ou avec Trinidad, une antille anglophone et peut être avec Miami mais, pour le savoir, il faudrait aller chercher l'information dieu sait où.

On peut aussi venir par la route, mais là franchement c'est braver les légendes noires qui veulent qu'on ne puisse pas aller sans difficultés par la route jusqu'à Georgetown.

Et pourtant.

Et pourtant c'est bien ce qu'a fait la semaine dernière Jacques le Nain Jaune.

Roulant vers le nord, vers le pays où il n'y a pas de blancs.
_________________
En toute chose, on ne sort de l'ambiguïté qu'à ses dépens.


Revenir en haut
Tanguy
Administrateur


Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 8 729
Localisation: Paris-La Défense

MessagePosté le: Lun 5 Déc - 12:16 (2011)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

On remarquera quand même que l'on peut compter sur Jacques Le Nain Jaune !

Grâce à lui, le journal est sauvé de la faillite...

Je ne dirais rien sur la Normandie. Je garde toute ma rancune et j’inscris son nom - en rouge et en lettres gothiques.... - dans le grand livre marqué "Vengeances en suspens"...

Non mais...


Revenir en haut
Le Nain Jaune



Inscrit le: 31 Jan 2011
Messages: 2 755
Localisation: outlanda

MessagePosté le: Mar 6 Déc - 02:12 (2011)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

Jusqu'à la frontière du fleuve Maroni, entre l'étrange Guyane française ( sur les billets d'euro, c'est juste à côté de l'oméga grec, ça ne s'invente pas...).
la route est payée par les impôts de lointains européens et est de bonne qualité.

Au Maroni, on trouve facilement un passeur, ça coûte quelques euros.

La ville en face s'appelle Albina, la première ville surinamaise.

Régulièrement, on y amène des reconduits à la frontière que Claude Guéant compte parmi les étrangers en situation irrégulière et ramenés chez eux; en général, ils sont de retour un peu plus tard dans l'après-midi quelques kilomètres plus loin.

On trouve facilement un taxi; on négocie un peu mais pour à peu près vingt euros on peut être conduit à 150 kilomètres de là à Paramaribo, la capitale de la prospère ancienne colonie hollandaise du Surinam.

Cent cinquante kilomètres de route épouvantable, qui était en excellent état lors du départ des Hollandais en 1975, et que la guerre civile entre ethnies et l'incurie des autorités surinamaises ont transformé en piste africaine.

En défense, on notera que des entreprises chinoises en ont entrepris la réfection; au rythme où ça va, la route sera en état à la fin de la décénnie.

Enfin, on passe quand même et Paramaribo est une belle ville, aux maisons blanches de bois, aux répliques de maisons des provinces-unies, aux casinos acceuillants, aux filles à peau brune qui le sont tout autant.

En prime, le vieux fort néerlandais gardant la rivière Paramaribo contre les coups de mains britanniques ou français.

Un hôtel de grand qualité à l'invraisemblable nom polonais, le KrasnaPolsky, aux lits immenses à deux places et pour pas cinquante euros la chambre.

On y passerait bien un bon moment, mais on n'est pas venu là pour ça mais pour reprendre la route vers le lointain et mysérieux Guyana.
_________________
En toute chose, on ne sort de l'ambiguïté qu'à ses dépens.


Revenir en haut
hms titanic
Modérateur


Inscrit le: 27 Jan 2011
Messages: 5 912
Localisation: Atlantique Nord

MessagePosté le: Mar 6 Déc - 18:32 (2011)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

Promis, la seconde époque viendra bientôt, alors que personne ne l'attendra plus, car celle des concerts s'achève peu à peu.

Mais je ne venais, comme un voleur, que pour parler de l'hôtel Krasnapolsky. Pas celui dont nous parle Jacques le Nain Jaune (que je salue) mais celui d'Amsterdam. Ah! Le pire de tous les hôtels, à moins que les choses aient changé depuis ces dernières années.

Tout y était beau et somptueux, sauf le séjour. Une situation idéale (en face du Palais, si mes souvenirs sont bons) magnifique décor "avant guerre" (dont le jardin d'hiver où se prenaient les petits déjeuners), des chambres plutôt agréables, mais un service à l'amabilité de caserne prussienne, une cuisine de cantine scolaire et un café immonde.


Mes amis, j'ai bien conscience de l'inutilité de mon intervention mais elle me fait un bien que vous n'imaginez pas!

Aaaaaah, ça va mieux!
_________________
(TÔÔôôôôôôttttt)


Revenir en haut
Tanguy
Administrateur


Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 8 729
Localisation: Paris-La Défense

MessagePosté le: Mer 7 Déc - 10:02 (2011)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

Ah, on veut bien accepter le service désagréable, mais la cuisine dégueu et - surtout - le café infâme, je me doute que mon ami HMS devait être de fort méchante humeur.

Mais aussi, quelle idée d'aller à Amsterdam...


Revenir en haut
hms titanic
Modérateur


Inscrit le: 27 Jan 2011
Messages: 5 912
Localisation: Atlantique Nord

MessagePosté le: Jeu 8 Déc - 03:18 (2011)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant




J'ai beaucoup hésité avant de livrer au monde les secrets de la deuxième époque de l'Affaire du pseudo. Je crains, en effet, d'ajouter encore aux malheurs de la crise mondiale en révélant ce qui avait été jusqu'alors si soigneusement préservé et caché.
Mais voilà. J'ai un toit de chaume à refaire et des traites seront bientôt à honorer. C'est donc pris à la gorge que je dois me résoudre à accepter l'aumône qui m'est faite et, en échange, à produire ce que je sais et qui a été scrupuleusement noté au cours du dernier siècle.

Les dés sont jactés, comme le disait un jour César alors qu'il était rouge de colère à l'idée de se mouiller les pieds.
_________________
(TÔÔôôôôôôttttt)


Revenir en haut
Le Nain Jaune



Inscrit le: 31 Jan 2011
Messages: 2 755
Localisation: outlanda

MessagePosté le: Jeu 8 Déc - 03:32 (2011)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

La frontière entre le Surinam et le Guyana est à quelques vingt cinq kilomètres de New Nikrit, dernière ville surinamais à l'ouest.

Un fleuve plus large que le Maroni surlequel les anciens colonisateurs avaient établi une séparation qui ne devait pas souffrir de rivalité.

Pas de pont bien sur, qui irait mettre des sommes colossales dans la construction d'un pont sur une rivière entre Surinam et Guyana.

Un bac, pour à peu près cinq euros et une demi-heure de traversée mais avec des papiers à remplir pour la douane, au cas où on essaierait d'emigrer clandestinement au Guyana.

Pas un bateau rapide comme on peut en voir en Guyane française, on ne passe que par là.

De l'autre côté, des changeurs, pour cent euros on a 25 000 dollars guyanais dont on peut ignorer l'existence sauf quand on entre dans l'ancienne colonie britannique.

Et puis, l'inévitable taxi qui pour vingt euros par personne vous prend sur les deux cent kilomètres qui vous sépare de Georgetown.

D'après sa carte, il s'agit du Love Doctor... On en aura la démonstration quand il nous demandera de passer la dite carte à une dame marchant en ville, not for the taxi but to meet her, nous expliquera t il rigolard...

Surprise: la route est bonne, des maisons sur pilotis tout du long, des troupeaux de vaches ou de chèvres, et puis des panneaux electoraux car, la chose a échappé aux observateurs, on élit dans les jours suivants le président de la république du Surinam et, cerise sur le gâteau, ça ressemble à une élection démocratique...

On saura bien vite que les indiens ( descendants des indiens des Indes que les Britanniques firent venir autrefois) votent pour l'un et les descendants de noirs africains pour un autre; le Love Doctor paraissait certain que son candidat, le chef de l'opposition serait élu parce que c'était le meilleur; après tout, hein ....

Et, sans un accroc, contrairement aux légendes noires qui courrent à Cayenne, on arrive sans difficulté à Georgetown, grand port où l'on imagine sans peine qu'il y eut autrefois un gouverneur anglais.

C'est là que l'histoire commence vraiment.

Mais nous ne la reprendrons que lorsqu'Hms aurait terminé le deuxième épisode de l'histoire d'Outness.
_________________
En toute chose, on ne sort de l'ambiguïté qu'à ses dépens.


Revenir en haut
hms titanic
Modérateur


Inscrit le: 27 Jan 2011
Messages: 5 912
Localisation: Atlantique Nord

MessagePosté le: Jeu 8 Déc - 04:36 (2011)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

Que Jacques le Nain Jaune me pardonne d'avoir interrompu son beau texte (et de recommencer) Embarassed : Toujours aussi doué et compétent, je me suis trompé de forum.
_________________
(TÔÔôôôôôôttttt)


Revenir en haut
Tanguy
Administrateur


Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 8 729
Localisation: Paris-La Défense

MessagePosté le: Jeu 8 Déc - 12:19 (2011)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

A la lecture des écrits de Jacques Le Nain Jaune et de HMS Titanic, je comprends le désarroi d'autres sites n'ayant plus l'heur d'avoir leur talent à disposition.

Twisted Evil


Revenir en haut
hms titanic
Modérateur


Inscrit le: 27 Jan 2011
Messages: 5 912
Localisation: Atlantique Nord

MessagePosté le: Jeu 8 Déc - 15:29 (2011)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

Pour tout dire, bien plus qu'un sordide besoin d'argent, c'est l'envie de connaitre les aventures exotiques de Jacques le Nain Jaune qui m'ont décidé à entreprendre la rédaction de la deuxième époque de l'Affaire du pseudo.

Ma part est donc faite et les millions d'abonnés de ce forum vont pouvoir maintenant voyager de Sarajevo à Georgetown. Ah, ils ont bien de la chance!
_________________
(TÔÔôôôôôôttttt)


Revenir en haut
Le Nain Jaune



Inscrit le: 31 Jan 2011
Messages: 2 755
Localisation: outlanda

MessagePosté le: Ven 9 Déc - 03:10 (2011)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

Il fut un temps où le soleil ne se couchait pas sur l'Empire Britannique.

Dans tous les coins du monde, l'Union Jack flottait, rappelant les vertus de la tradition, du libre commerce, de la maîtrise maritime et de l'individualisme protestant.

Ca n'est que l'étatisme français, sa fonction publique et la qualité de son infanterie n'aient pas eu une présence mondiale mais les britanniques étaient vraiment partout.

Et comme souvent, en Guyane, ils avaient un territoire plus grand que celui des Français.

Dans le centre de Georgetown, on retrouve les mêmes bâtiments que  dans celui de Rangoon, Birmanie.

Avec l'inévitable statue de la reine Victoria qui des années trente du dix neuvième siècle à l'aube du vingtième assista aux obséques du Duc de Wellington et se demanda comme tout le monde si son fils aîné, le Duc de Clarence, n'était pas Jack l'Eventreur.

Sur l'Independance Avenue, en face de la cour suprème du désormais libre état du Guyana, il y a une manière de café, où l'on sert des nourritures d'origine asiatique de toute provenance.

C'est là que le Love Doctor nous arrêta.

C'est là que nous avions rendez vous avec celui qui avait laissé sur notre portable le message suivant : " Puisque vous perdez votre temps dans ce coin d'Amérique Latine, passez donc me voir au café d'Independance avenue; j'aurais besoin de vos talents".

J'avais évidemment reconnu la voix d'une vieille connaissance, que je croyais disparue depuis longtemps, celle de l'homme politique marseillais, Jean-Claude Delafoye.

Je ne pensais évidemment pas le retrouver un jour dans le seul café de l'Independance Avenue, à Georgetown, Guyana.
_________________
En toute chose, on ne sort de l'ambiguïté qu'à ses dépens.


Revenir en haut
Le Nain Jaune



Inscrit le: 31 Jan 2011
Messages: 2 755
Localisation: outlanda

MessagePosté le: Mar 13 Déc - 03:06 (2011)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

Delafoye n'avait pas beaucoup changé depuis l'époque où les journaux français avaient reproduit sa binette d'escroc précautioneux au moment des affaires de la mairie de Marseille.

Nous semblions, deux blancs à une table, où des garçons indiens vinrent nous servir des bières Yatupa ( c'est une bière locale, pas désagréable) pour l'équivalent d'un euro et demi( la vie n'est pas chère à Georgetown ) comme deux mouches dans un bol de lait.

" Avez vous fait bonne route?"

" Oui, sans  difficulté, c'est même étonnant d'aller aussi vite d'une Guyane à l'autre".

" Dans les années soixante dix, c'était plus compliqué, la guerre civile au Surinam avait déteint sur ici"

Il finit d'avaler sa bière et se pencha :" Et puis, si vous voulez voir un autre aspect de la ville que l'Independance Avenue ou les maisons de la côte, on peut aller à Tivoli ou à James Park".

" C'est quoi? Des offices de tourisme"

"Non, c'est là que vivent les gangs, on les voit rarement en centre ville où la police a l'arme facile, mais tenez, je vais vous en raconter une bonne, vous savez qu'on ne peut pas expulser les guyaniens de Guyane française?"

"Oui, je sais, il n'ya pas d'accord entre la France et le Guyana"

" Eh bien, les américains , qui ont une ambassade ici, un beau jour sont arrivés sur l'aéroport de Georgetown avec un gros avion de transport, rempli de délinquants d'ici condamnés la-bas et ils les ont débarqués sur le tarmac et puis ils sont repartis. Le gouvernement guyanien n'a pas osé protester..."

Il se mit à rire. " En Guyane française, on est obligé de les garder même quand on prend des décisions d'expulsion contre eux. Si on les virait quand même, il y aurait une protestations dans le Monde et dans Libé".

" C'est pour me parler des bad boys de Cayenne ou de leurs putes que vous avez voulu me voir".

" Non, c'est pour vous parler d'enrichissement rapide... Ah et je vous ai retenu une chambre au Tower Hotel, c'est ce qu'il y a de mieux dans cette ville".

La nuit était tombée sur le fleuron sud-américain de l'Empire britannique.
_________________
En toute chose, on ne sort de l'ambiguïté qu'à ses dépens.


Revenir en haut
Le Nain Jaune



Inscrit le: 31 Jan 2011
Messages: 2 755
Localisation: outlanda

MessagePosté le: Dim 18 Déc - 23:52 (2011)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

"Vous occupez bien le poste de .... à la préfecture de la Guyane?"

" Comme si vous ne le saviez pas..."

Delafoye avait baissé le ton pour nous rappeler ce que nous faisions en Guyane français comme si nous ne le savions pas.

" Par conséquent, vous êtes en mesure de connaitre les dispositifs de gendarmerie, puisqu'il n'y a que la gendarmerie qui se remue dans ce magnifique territoire..."

Je le laissais venir " Vous m'avez fait venir au Guyana pour me parler de ça?"

" Au Guyana, personne ne vous connait et les liaisons téléphoniques peuvent être écoutés par n'importe qui...Et puis rien ne vaut le face à face n'est ce pas..."

Il se penche: " Alors, lorsque le moment sera venu, il me faudra l'indication des postes mobiles de gendarmerie, la liste de leurs missions et de leur déploiement, et sur plus d'une semaine ..."

" Et quelle est l'idée?"

" Il y a quelque chose qu'il s'agit de faire sortir d'ici et de transbahuter par la route jusqu'au Brésil, le sortir d'ici ne sera pas un problème , traverser le Surinam non plus, mais après c'est plus compliqué, et là vous pouvez nous rendre un énorme service "

" C'est riqué?"

" Evidemment, ça peut aller chercher dans les très nombreuses années de prison mais si ça marche vous pourrez passer le reste de vos jours dans une antille anglophone, à l'abri du besoin et honorable en plus ".

" Et c'est quoi, le truc que vous transportez?"

" Si on vous le demande, le mieux est que vous n'en sachiez rien ".

" Combien?"

" Une unité"

Un million d'euros environ, mais je lui fis préciser : " A moins que vous ne préfériez les dollars guyaniens mais ça paye moins".

Il rit et son rire m'évoqua l'étrange croisement de la scie mécanique et de l'appel de la hyène à la saison des amours.
_________________
En toute chose, on ne sort de l'ambiguïté qu'à ses dépens.


Revenir en haut
Le Nain Jaune



Inscrit le: 31 Jan 2011
Messages: 2 755
Localisation: outlanda

MessagePosté le: Mer 21 Déc - 23:17 (2011)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

Delafoye a tenu à m'accompagner au Tower Hotel, la nuit georgetownienne pouvant surprendre.

On y est allé à pied, ça n'est pas très loin d'Independance Avenue.

Passant devant l'étrange quatuor de bustes de bronzes de leaders non-alignés, Nasser, N'Krumah, Nehru et Tito, qui rappelèrent qu'il y eut un mouvement des non-alignés et qu'il se réunit quelque part à la fin des années soixante-dix du vingtième siècle à Georgetown.

A quelques mètres derrière, deux grands types noirs; Delafoye ne prenait pas de risque.

Il me quitta devant l'entrée de l'hôtel, luxueux et étrangement désert ( mais qui pourrait bien venir faire du tourisme au Guyana).

" On se retrouve au breakfast et on parle de tout ça en détail; et bonne nuit " ajouta t il d'un air léger.

C'est sans surprise, qu'après avoir pris la clef d'une suite au lobby, je m'aperçus que la suite était déjà occupée.

D'agréable manière.

Noire bien sur, et avec des formes.

Delafoye ne regardait pas à la dépense...
_________________
En toute chose, on ne sort de l'ambiguïté qu'à ses dépens.


Revenir en haut
Le Nain Jaune



Inscrit le: 31 Jan 2011
Messages: 2 755
Localisation: outlanda

MessagePosté le: Jeu 5 Jan - 02:53 (2012)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

La nuit est passée sur la capitale de la perle des Guyanes.

Je me suis reveillé tôt.

Mon hotesse n'était plus là.

Il y avait une simple enveloppe sur le meuble de la télévision.

Avec à l'intérieur dix mille euros en coupures de cinquante.

Delafoye pratiquait l'encouragement direct.

Dans la salle où on servait le breakfast, il n'y avait aucune trace de l'ex-politicien marseillais.

Je m'en surpris un peu puisque nous devions nous y retrouver.

J'attaquais les patisseries que j'ai pour habitude de tremper dans le café quand on vint s'asseoir à ma table.

Un type blanc, entre deux âges, qui me fit penser à l'étrange personnage qui suit le Capitaine Blake dans le Mystère de la Grande Pyramide dans l'aéroport d'Athènes.

La même face lunaire, les mêmes lunettes cerclées d'acier clair.

" Je ne vous dérange pas, j'espère, M.Delafoye n'a pas pu se déranger, il vous prie de l'excuser".

Je lui prêtais toute mon attention, l'homme était blanc, s'exprimait en français et semblait connaître la raison de ma présence à Georgetown.

Il me tendit la main  : " Blop, ex-fonctionnaire de police,"

Je la lui serrais, elle avait la consistance d'une patte de chat, sans les griffes...

" Monsieur Delafoye m'a chargé de vous en dire un peu plus sur ce que nous attendons de vous".

Je me suis souvenu que de vieux journaux avaient parlé d'un inspecteur Blop en poste à Cayenne et de ses démêlées lors de l'attentat contre le préfet de l'époque, mais s'il fallait se  souvenir de tout...
_________________
En toute chose, on ne sort de l'ambiguïté qu'à ses dépens.


Revenir en haut
Le Nain Jaune



Inscrit le: 31 Jan 2011
Messages: 2 755
Localisation: outlanda

MessagePosté le: Ven 6 Jan - 02:08 (2012)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

" Donc, nous aurons besoin, chaque fois que nous vous le demanderons, de l'ensemble du plan de déploiement de la gendarmerie sur le territoire guyanais français; nous vous contacterons par personne physique à chaque fois différente dans un restaurant de Cayenne, lui-même chaque fois différent et dont le nom vous sera connu par courrier..."

Ca commençait bien les complications.

" Ca n'est pas un peu tarabiscoté, votre procédure"

Le gars qui ressemblait au type de l'aéroport d'Athènes sourit, sans qu'aucune marque de chaleur ne se manifeste : " C'est l'artisanal qui est aujourd'hui le plus sur, par portable ou par mail, on finira par vous identifier si quelqu'un a le moindre soupçon et il  ne faut pas que quiconque ait le moindre soupçon, les intérêts en jeu sont trop important".

" Vous me direz de quoi il s'agit quand même?"

Le même sourire ( le type d'Athène avait ce sourire là quand il se penche vers la cabine téléphonique où il est supposé avoir abattu avec un silencieux le capitaine Blake): " Vous pourrez le deviner vous même...".

Et, d'un ton qui se rapprochait plus du métal :"  Vous marchez toujours?"

Evidemment que je marchais, la paye d'un fonctionnaire français ne lui permettait pas d'esperer mettre de côté le million d'euros promis par Delafoye ou même de la fraction dont je verrai la couleur parce qu'évidemment, faire confiance aveuglement au barbu marseillais était s'exposer à des déceptions.

J'opinais du chef.

" On vous laisse repartir par les mêmes moyens qui vous ont amené ici, ce sera plus discret"

A nouveau le même sourire au gel de coiffure punk, " Et puis il n'y a pas d'autre moyen de locomotion pour retourner à Cayenne"

C'était vrai, à moins d'aimer les petites  compagnies privées d'aviation qui, de toute façon, s'arrêtent à Paramaribo.

"Bon retour, Nain Jaune, puisqu'il parait qu'on vous appelle comme ça"

Il se lève, on dirait presqu'il va rire mais ça s'effface vite, je le vois sortir du dining-room.

Je retrempe un croissant dans le café maintenent devenu froid.
_________________
En toute chose, on ne sort de l'ambiguïté qu'à ses dépens.


Revenir en haut
Le Nain Jaune



Inscrit le: 31 Jan 2011
Messages: 2 755
Localisation: outlanda

MessagePosté le: Jeu 12 Jan - 01:33 (2012)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown Répondre en citant

Je n'étais pas pressé et il faisait une belle journée.

La foule était déjà dense sur Independance Avenue.

Je hélais un taxi et lui demandais de me faire faire le tour de la ville, de m'emmenere à Crackston Part par exemple, puisqu'on m'avait dit qu'entre l'enfer et Crackston la différence était de la taille du salaire moyen d'un ouvrier guyanien.

Le chauffeur me regarda comme on regarde une curiosité  " Ok, you're the boss but we won't stop, just a move, eh?"

En fait, à part le centre, il n'y a pas grand chose à voir à Georgetown qui aligne des quartiers déglingués mais pas plus que ce que je m'étais attendu à voir.

Crackston, c'était autre chose; c'est là que les gangs, formés par les guyaniens expulsés manu militari d'Amérique du Nord, faisaient leur loi et contrôlait les différents trafics de drogue qui arrivait, dieu sait comment, de Colombie ( parce que si on regarde sur une carte, aller de Colombie au Guyana n'est pas évident, sauf peut être par de petits avions privés, mais c'est quand même loin la Colombie).

Des slogans rutilans à la gloire des gangs un peu partout, les Devil Sons avaient l'air de faire la course en tête, des immeubles là vraiment en mauvais état et des afro-américains comme on dit maintenant  trainant un peu partout et regardant avec curiosité un blanc passant en taxi dans un quartier qui n'avait pas du en voir un - de blanc - depuis le départ des Anglais.

Ca devait être mon imagination qui  m'indiquait qu'une odeur de cannabis flottait sur le quartier.

Le chauffeur évita un type allongé sur la chaussée qui visiblement n'avait pas du bouger depuis un moment. " Gangs' gunfight last night, tough part, not really nice part, especially for white man".

Je ne songeais, en effet, pas demander à y louer un pied-à-terre et puis une pierre a rebondi sur toît du  taxi qui a jugé opportunément qu'il convenait d'abréger la visite.

Ca n'est pas demain que les tours operators mettront Crackston à leur programme.

En comparaison, Independance Avenue m'apparut, au retour, comme un oasis de civilisation.

Demain, je repartirai pour la Guyane français, là où les billets d'euros tombent du ciel.

C'est un après que ça a commencé à se gâter.
_________________
En toute chose, on ne sort de l'ambiguïté qu'à ses dépens.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:25 (2018)    Sujet du message: Les aventures de Jacques Le Nain Jaune à Georgetown

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Chroniques du Chat Noir - Black Cat Index du Forum -> black cat -> Outness Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com